Métropolitain

Yan Marchand
dimanche 13 mai 2007

Métropolitain, première novella de Griffe d’Encre, est maintenant disponible sur notre boutique et en numérique !

Première novella des éditions Griffe d’Encre, premier récit publié par Yan Marchand, Métropolitain est un texte à la fois décalé et malsain, qui vous plongera dans un cauchemar sans fin.

Quatrième de couverture


Cet homme n’est pas à croquer.
Il est laid.
Il pense mal.
Ses journées s’épuisent en complexes…
Mais un chien le trouve à son goût… un peu trop. C’est qu’il est usant, l’animal ! Il mord, lèche, ronge et savoure. Une vraie passion pour les mollets.
Et puis – liberté ! –, il n’est plus là.
Ce qu’il a fallu faire pour s’en débarrasser !

Mais un matin, dans le métropolitain, entassé avec d’autres…
… une morsure à l’épaule.



Illustration de couverture : Zariel

Vous pouvez lire en ligne les premières pages de cet ouvrage.

Venez partager votre avis sur notre forum.

Critiques

Jessie Pixels critique ! : Je pense que chacun voit dans ce roman ce qu’il souhaite y voir. [...] Ceci dit, j’ai apprécié la lecture, et je le relirais peut-être. Je suis persuadée que c’est le genre de livre qu’on réinterprète à chaque nouvelle lecture.

Mes Lectures / Paperblog : *PAN !*

Babelio : Bref, une vraie douche écossaise, aujourd’hui encore je n’arrive toujours pas à savoir si j’aime ce livre un peu, beaucoup ou pas du tout [...]. En tout cas, je peux dire qu’il m’a permis de penser, d’éprouver beaucoup de choses et d’avoir des conversations super intéressantes avec d’autres amateurs de lecture, ce qui est déjà beaucoup !

Babelio : L’escalade de ce texte est intéressante, parce qu’elle entraîne le lecteur avec le héros, au fond de la nature humaine. La violence du sujet, le mépris du personnage pour les autres évoquent peut-être Dostoïevski, Kafka pour l’emprise angoissante du mal qui le ronge, et un peu plus loin, Süskind et le parfum. Bref, ce texte est fait de littératures sombres et charnelles, où le corps devient objet malfaisant et tentation.

Page à page : Je dois dire que c’est quand même dommage que je n’ai pas du tout accroché à l’histoire car l’auteur a tout de même une écriture sympa et fluide.

Mythologica : [...] Véritable OVNI littéraire, il parvient à surprendre le lecteur en rompant les barrières entre les genres et en proposant une intense réflexion sur la nature de l’homme et en même temps un récit très immersif. [...]

Rana Toad : [...] A travers cette Novella qui invite le fantastique dans un réel des plus prosaïque et quotidien Yan Marchand aborde les thèmes de la différence, de la place et de l’utilité de l’homme dans la société, de la dépendance à un nouveau "produit" et l’abandon de soi au profit du plaisir des autres ! [...]

Keep Watching the Skies ! n°59 : [...] Et c’est sur ce prétexte, quelque part entre le Fantastique et la speculative fiction de la grande époque, en tout cas résolument encré dans nos littératures de prédilection, que Yann Marchand nous tisse son beau texte. Il tire toutes les ficelles de son hypothèse de départ, la fait évoluer, la traite sur la longueur avec beaucoup d’intelligence. [...] Avec un coup de pouce de plus, le texte aurait été incontournable. Un très bon moment de lecture, en tout cas.

La Mer à lire : [...] Cette étrange histoire est l’occasion pour Yan Marchand d’aborder des questions comme ce qui fait la valeur d’une personne et sur la différence qu’il y a entre cette valeur intrinsèque et ce que les gens recherchent à son contact, sur la solitude, sur la dépendance... C’est très court mais aussi très efficace. L’escalade dans l’absurde de la situation de Romuald m’a fait froid dans le dos, la fin m’a laissée perplexe, mais j’ai vraiment beaucoup aimé ça ! [...]

Le Cri du lézard : [...] Derrière un style serré et un humour sardonique, on découvre un texte étrange, un univers décalé et déroutant, entre fantastique et absurde. Une histoire de solitude et de manipulation, une histoire pas très plaisante, plutôt dérangeante. De celles dont on ressort quelque peu mal à l’aise, avec un mauvais goût qui reste au fond de la gorge. [...]

Présences d’Esprits (n°53) : [...] Nul besoin de s’attarder des pages entières sur une histoire qui en compte cinquante, qu’il suffise de dire que l’histoire se dévore ! Il était vraiment dommage qu’un texte pareil dorme dans un placard. Du tout bon pour le premier essai de Griffe d’Encre dans ce domaine. [...]

NooSFere : [...] Métropolitain n’est pas plaisant, il est plutôt grinçant, mais il est de ces textes qui travaillent dans la tête bien après qu’on ait fini de le lire. On pense à Ionesco ou à Kafka, et surtout, on pense à Métropolitain bien longtemps après l’avoir refermé.

Khimaira : [...] Une plume acerbe et piquante, un personnage principal qui pourrait être notre reflet à tous, un peu plus sombre, plus amer, comme usé par la pollution et un miroir rouillé, une histoire qui enfonce le lecteur un peu plus profondément à chaque page, comme une drogue… le tout menant à une fin abrupte et qui nous laisse sur notre faim… et sur une réflexion.
Bref, une totale réussite qui augure bien de la suite pour cette jeune maison d’édition !

Les Chroniques de l’Imaginaire : [...] j’ai étrangement aimé cette histoire entre le fantastique et le réel, alors que mes habitudes de lecture sont plutôt portées sur la fantasy et la bande dessinée asiatique. Comme quoi, ce texte étrange convient peut-ête à un public plus large que prévu.

Librairie Vaux-Livres (77) : [...] Une belle écriture au service d’une histoire fantastique originale pour une toute jeune maison d’édition à soutenir.

La bibliothèque de Mara : [...] Un texte dérangeant par certain aspect, mais un texte révélateur. [...]

À livre ouvert : [...] Je pensais que le texte allait être bizarre et bien tordu. Je ne suis pas déçue. Le format court permet au moins de ne pas s’embarrasser de longueurs et d’aller droit au but et en plus il nous est épargné les pseudos explications soit rationnelles soit fantastiques sur le pourquoi du comment le narrateur en est arrivé là. J’aime. [...]

ActuSF : [...] Yan Marchand nous offre avec cette nouvelle une petite histoire absurde qui se transforme peu à peu en film d’horreur pour son héros. La spirale de l’enfer est assez bien menée par l’auteur. Il nous entraîne peu à peu dans l’engrenage, sans vraiment nous laisser en ressortir.[...]

Radio L’Autre Monde : [...] Yan MARCHAND explore différentes voies pour nous faire découvrir cette étrange aventure, car se trouvent mêlées le fantastique, la psychologie, l’amour et la haine, les relations hommes-femmes, les relations employeur-employé... [...] Avec cette novella pour le moins surprenante, Yan MARCHAND ne pourra que vous marquer et vous faire regarder ceux qui vous entourent différemment.

Le Télégramme (journal brestois) : [...] Avec ce premier ouvrage, Yan Marchand plonge le lecteur dans un univers décalé et étouffant. Inaugurant la collection des « novellas », genre situé entre la nouvelle et le roman, ce texte étonnant et bien écrit fait réfléchir sur la dépendance et la solitude. [...]

Coup de cœur Fnac : [...] Le récit de la malédiction de Romuald est une petite perle dans laquelle le fantastique le plus dérangeant se mêle à une misanthropie pleine de verve. [...]

SFU : [...] Cette novella est tout simplement excellente. Une histoire simple, drôle, absurde mais terriblement jouissive.

Ils en parlent sur le Coin...


Parution : 13 mai 2007
54 pages
Prix : 7€ (numérique 4.99€)


Agenda

 

2014

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

MaMeJeVeSaDiLu
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Mots-clés de l'article